Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2012

A propos du projet d'école indépendante à Entrammes

Les braves gens croient que les syndicats d’enseignants servent à défendre les intérêts professionnels des enseignants. Ils seront bien surpris de découvrir que ces syndicats s’occupent aussi de police de la pensée :

Suite à l'annonce de la création d'une école indépendante,  Ouest-France rapporte aujourd’hui : «  Dans un communiqué, adressé à notre rédaction, Gérard Pigois et Yves Raymond, respectivement secrétaire départementaux de la FSU (Fédératio syndicale unitaire) et de la SNUipp (Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles et PEGC)  fustigent une « école de l’excellence », « de l’embrigadement religieux », contraire à l’idée d’école publique gratuite et laïque et aux « valeurs de l’école républicaine qui a pour vocation « l’accueil et la réussite de tous les enfants ».

 Le parti de la France dénonce la confusion entre l’étiquette syndicale affichée et l’engagement partisan de ces deux militants du Front de Gauche. Un tel communiqué a le mérite de mettre en lumière le caractère sectaire  de ces organisations archaïques adeptes du harcèlement idéologique.

 Un « projet d’école catholique traditionaliste » Et alors, quel mal à cela ? Pour mémoire il est écrit dans le préambule de la constitution « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. » Les parents auront-ils interdiction désormais d’élever leurs enfants selon leur foi ?

 Une école qui viseà amener ses élèves à l’excellence, serait-ce un crime ? Peut-être certains craignent- ils que les bons résultats des écoles indépendantes mettent en accusation l’échec de l’enseignement d’Etat ?

 Une école qui n’est pas gratuite : Hélas oui ! Mais qu’attend-on pour instaurer le chèque scolaire dont l’un des intérêts est précisément de mettre à la porté de toutes les familles l’école de l’excellence ?

19 mai 2012

Législatives : construire dans la durée.

Le Parti de la France s’engage pour la première fois de son histoire dans l’élection législative. Cette nouvelle étape doit s’inscrire dans un processus durable de reconstruction de la droite nationale. C’est pourquoi nous avons choisi de concentrer nos candidatures sur les territoires potentiellement les plus porteurs afin de constituer un socle solide, que chaque élection permettra à l'avenir de renforcer et d'élargir.

La conséquence logique de ce choix est que nous n'aurons pas de candidats dans nos départements de l'ouest, terres habituellement moins réceptives à la droite nationale. La reconquête est à ce prix.

07 mai 2012

Recomposer la Droite Nationale d'abord.

 

Au prix de dizaines d’années d’efforts, la Droite Nationale a pu s’enorgueillir d’avoir culbuté Lionel Jospin en 2002. dix ans plus tard,Marine Le Pen vient de servir L’Elysée à la gauche Socialo-communiste. Il est clair désormais que Marine Le Pen porte moins l’espoir de la Droite Nationale que l’héritage de monsieur Chevènement.

Nous ne regretterons pas Nicolas Sarkozy, son obsession de l’ouverture à gauche et son style de vendeur à la sauvette. Nous notons en revanche que l’espoir d’une ouverture à droite a sans aucune doute été le moteur essentiel de la mobilisation des électeurs qui ont voté pour lui.

Le Parti de la France appelle les électeurs à se mobiliser dans la perspective de l’élection législative du 10 juin.

 

31 mai 2012

A propos du projet d'école indépendante à Entrammes

Les braves gens croient que les syndicats d’enseignants servent à défendre les intérêts professionnels des enseignants. Ils seront bien surpris de découvrir que ces syndicats s’occupent aussi de police de la pensée :

Suite à l'annonce de la création d'une école indépendante,  Ouest-France rapporte aujourd’hui : «  Dans un communiqué, adressé à notre rédaction, Gérard Pigois et Yves Raymond, respectivement secrétaire départementaux de la FSU (Fédératio syndicale unitaire) et de la SNUipp (Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles et PEGC)  fustigent une « école de l’excellence », « de l’embrigadement religieux », contraire à l’idée d’école publique gratuite et laïque et aux « valeurs de l’école républicaine qui a pour vocation « l’accueil et la réussite de tous les enfants ».

 Le parti de la France dénonce la confusion entre l’étiquette syndicale affichée et l’engagement partisan de ces deux militants du Front de Gauche. Un tel communiqué a le mérite de mettre en lumière le caractère sectaire  de ces organisations archaïques adeptes du harcèlement idéologique.

 Un « projet d’école catholique traditionaliste » Et alors, quel mal à cela ? Pour mémoire il est écrit dans le préambule de la constitution « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. » Les parents auront-ils interdiction désormais d’élever leurs enfants selon leur foi ?

 Une école qui viseà amener ses élèves à l’excellence, serait-ce un crime ? Peut-être certains craignent- ils que les bons résultats des écoles indépendantes mettent en accusation l’échec de l’enseignement d’Etat ?

 Une école qui n’est pas gratuite : Hélas oui ! Mais qu’attend-on pour instaurer le chèque scolaire dont l’un des intérêts est précisément de mettre à la porté de toutes les familles l’école de l’excellence ?

19 mai 2012

Législatives : construire dans la durée.

Le Parti de la France s’engage pour la première fois de son histoire dans l’élection législative. Cette nouvelle étape doit s’inscrire dans un processus durable de reconstruction de la droite nationale. C’est pourquoi nous avons choisi de concentrer nos candidatures sur les territoires potentiellement les plus porteurs afin de constituer un socle solide, que chaque élection permettra à l'avenir de renforcer et d'élargir.

La conséquence logique de ce choix est que nous n'aurons pas de candidats dans nos départements de l'ouest, terres habituellement moins réceptives à la droite nationale. La reconquête est à ce prix.

07 mai 2012

Recomposer la Droite Nationale d'abord.

 

Au prix de dizaines d’années d’efforts, la Droite Nationale a pu s’enorgueillir d’avoir culbuté Lionel Jospin en 2002. dix ans plus tard,Marine Le Pen vient de servir L’Elysée à la gauche Socialo-communiste. Il est clair désormais que Marine Le Pen porte moins l’espoir de la Droite Nationale que l’héritage de monsieur Chevènement.

Nous ne regretterons pas Nicolas Sarkozy, son obsession de l’ouverture à gauche et son style de vendeur à la sauvette. Nous notons en revanche que l’espoir d’une ouverture à droite a sans aucune doute été le moteur essentiel de la mobilisation des électeurs qui ont voté pour lui.

Le Parti de la France appelle les électeurs à se mobiliser dans la perspective de l’élection législative du 10 juin.