Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juillet 2013

La question interdite

Madame Pichot ayant refusé de me donner la parole, j’ai été obligé de la prendre moi-même. Celle-ci, visiblement déstabilisée a préféré clore sa réunion brutalement. voici la question que j’ai néanmoins posée pendant que députée et ministre me tournaient le dos ostensiblement, et qui reste sans réponse à ce jour:

 Le gouvernement précédent avait  commis la faute de faire voter par le parlement un texte rejeté peu de temps avant par les français au moyen d’un référendum. Il était donc facile au gouvernement actuel de faire mieux en terme de démocratie. Or, vous avez méprisé une pétition historique adressée dans un temps record au CESE qui est une institution faite pour cela. Que reste-t-il aux français comme moyens d’expression légaux ?

Aujourd’hui, la contestation est telle que les policiers usent de la violence et de l’arbitraire.

Etes-vous solidaire de cette dérive totalitaire ?

 

Leur mutisme tient lieu d'aveu.

MM.

Les commentaires sont fermés.