Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 janvier 2014

L'Etat proxénète

"Les clients ayant recours à la prostitution d’une personne majeure pourront écoper d’une contravention de de 1 500 euros. En cas de récidive, la sanction sera désormais un délit puni de 3 750 euros d’amende." (source)

Comme l'a relevé Philippe Bouvard, le gouvernement a réussi à punir d'amende les clients d'une profession légale. Que la prostitution soit un fléau moral, cela va de soi.  Mais il faut bien dire que lorsqu'on défend l'avortement au nom du "droit à disposer de son corps", qu'on soutient l'utilisation de la vie humaine comme support d'expérimentation scientifique,  cela devient compliqué de prétendre condamner le commerce de l'activité sexuelle.

Au fond, la seule chose qui intéresse le gouvernement n'est que de prélever son tribut sonnant et trébuchant...

Députés pour quoi faire ?

Le 28 janvier, l'assemblée nationale a voté solennellement la loi sur "l'égalité réelle entre les hommes et les femmes". Dans l'indifférence totale des députés : Les socialistes, terrorisées par la discipline de parti on voté le texte comme un seul homme, les autres se sont presque tous abstenus. Ainsi, sur l'ensemble de la région Pays de la Loire, Seul Marc Laffineur a sauvé l'honneur, c'est un peu court...

Outre une extension du "droit à l'avortement" par la suppression de toute notion de détresse et l'extension du "délit d'entrave à l'avortement" à l'information sur le sujet, cette loi a dans l'indifférence générale  ouvert une porte nouvelle à l'immigration : "Délivrance de plein droit d'une carte de séjour « vie privée et familiale » à l'étranger victime de violences" dans l'espace public ou familial.

Il n'est toujours pas à l'ordre du jour en revanche de retirer ce titre de séjour et d'expulser du territoire les ressortissants étrangers qui se rendent coupable de ce genre de violences... Comprenne qui pourra.

27 janvier 2014

La dictature en marche : L'UMP main dans la main avec le PS

Six sénateurs UMP viennent de déposer une proposition de loi visant à entraver l'instruction dans le cadre familial qui devrait d'après ces suppôts de la tyrannie n'être justifiée que sur avis médical ! Les buts idéologiques ne sont même pas dissimulés :

"l'éducation à domicile par la famille ne peut être qu'une situation exceptionnelle, liée à l'état de santé ou à l'incapacité permanente ou temporaire de l'enfant. Elle ne peut être le prétexte d'une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l'enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux."

Un tel projet est non seulement malhonnête (car il méprise volontairement le fait que l'école à la maison est souvent une issue de secours pour les familles compte-tenu du naufrage de l'éducation nationale) mais il est également explicitement en contradiction avec la convention internationale des droits de l'enfant dont voici quelques extraits :

Article 9 :1. Les Etats parties veillent à ce que l’enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré.

Article 14 : 1. Les Etats parties respectent le droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion.

Article 16 : 1. Nul enfant ne fera l’objet d’immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile (...).2. L’enfant a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Hollande pousse la France à marche forcée vers un régime totalitaire. Mais attention, nous n'avons rien à espérer d'une alternance de façade : L'UMP n'est au l'autre visage d'un même totalitarisme.

13 janvier 2014

Vive les paysans !

Les gouvernants viennent d'inaugurer l'année de l'agriculture familiale.

Ici, un blogueur s'interroge : Mise en scène ou opportunité ? Notons bien sa conclusion : "L’agriculture sera paysanne, familiale, durable ou ne sera plus qu’une industrie intégrée par l’amont et l’aval, exploitant une main d’œuvre ayant perdu autonomie et savoir-faire paysan."

, on redécouvrira les vertus de l'exploitation paysanne, aux antipodes de ce qui se développe en France (voir la "ferme des 1000 vaches par exemple).

Pour la sauvegarde du triton crêté... et des enfants des Hommes.

C'est un fait que la biodiversité est un capital irremplaçable dont la préservation est impérative. La prospérité des peuples, leur pérennité même en dépend.
 
Le code rural est riche en précisions :
" Lorsqu'un intérêt scientifique particulier ou que les nécessités de la préservation du patrimoine naturel justifient la conservation de sites d'intérêt géologique, d'habitats naturels, d'espèces animales non domestiques ou végétales non cultivées et de leurs habitats, sont interdits :

La destruction ou l'enlèvement des oeufs ou des nids, la mutilation, la destruction, la capture ou l'enlèvement, la perturbation intentionnelle, (...) La destruction, l'altération ou la dégradation de ces habitats naturels ou de ces habitats d'espèces ;(...)"(source)

En république Française les enfants n'ont pas droit à autant de garanties : La France refuse expressément à ce jour de souscrire à l'article 6.1 de la convention internationale des Droits de l'enfant : "Les Etats parties reconnaissent que tout enfant a un droit inhérent à la vie." Evidemment, quand on s'offusque du non respect de cette convention, c'est toujours chez les autres. Pour célébrer l'anniversaire de la convention, Ouest France a fait à ce titre preuve d'une hypocrisie exemplaire.

Entre l'avortement, l'emploi d'embryons comme matériau de recherche scientifique, la prétention du gouvernement "d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel", les enfants des hommes sont moins bien traité que les animaux ! Dès lors, on peut se demander si on ne devrait pas demander le classement du peuple français en "espèce menacée". Menacée par l'urbanisation systématique, la prétention totalitaire de certains groupes industriels ou idéologiques, par l'indifférence des uns et l'ignorance des autres...

Parce que notre combat politique est d'abord le combat de la vie, soyons nombreux à manifester le 19 janvier à Paris (Marche pour la vie) et le 22 février à Nantes (contre l'aéroport de Notre dame des landes)

06 janvier 2014

Identitaire, naturellement !

Ouest-France publie un article approfondi sur la destruction de nos ressources naturelles de proximité:

En Loire-Atlantique, 1 800 ha perdent leur vocation agricole chaque année. La moitié est artificialisée, et donc irrémédiablement perdue. L'autre moitié devient espaces de loisirs, friche ou espaces boisés. (...) Plus récemment, l'artificialisation moyenne est descendue à 749 ha. (source)

A la logique des trusts, opposons la logique des terroirs.

 

30 janvier 2014

L'Etat proxénète

"Les clients ayant recours à la prostitution d’une personne majeure pourront écoper d’une contravention de de 1 500 euros. En cas de récidive, la sanction sera désormais un délit puni de 3 750 euros d’amende." (source)

Comme l'a relevé Philippe Bouvard, le gouvernement a réussi à punir d'amende les clients d'une profession légale. Que la prostitution soit un fléau moral, cela va de soi.  Mais il faut bien dire que lorsqu'on défend l'avortement au nom du "droit à disposer de son corps", qu'on soutient l'utilisation de la vie humaine comme support d'expérimentation scientifique,  cela devient compliqué de prétendre condamner le commerce de l'activité sexuelle.

Au fond, la seule chose qui intéresse le gouvernement n'est que de prélever son tribut sonnant et trébuchant...

Députés pour quoi faire ?

Le 28 janvier, l'assemblée nationale a voté solennellement la loi sur "l'égalité réelle entre les hommes et les femmes". Dans l'indifférence totale des députés : Les socialistes, terrorisées par la discipline de parti on voté le texte comme un seul homme, les autres se sont presque tous abstenus. Ainsi, sur l'ensemble de la région Pays de la Loire, Seul Marc Laffineur a sauvé l'honneur, c'est un peu court...

Outre une extension du "droit à l'avortement" par la suppression de toute notion de détresse et l'extension du "délit d'entrave à l'avortement" à l'information sur le sujet, cette loi a dans l'indifférence générale  ouvert une porte nouvelle à l'immigration : "Délivrance de plein droit d'une carte de séjour « vie privée et familiale » à l'étranger victime de violences" dans l'espace public ou familial.

Il n'est toujours pas à l'ordre du jour en revanche de retirer ce titre de séjour et d'expulser du territoire les ressortissants étrangers qui se rendent coupable de ce genre de violences... Comprenne qui pourra.

27 janvier 2014

La dictature en marche : L'UMP main dans la main avec le PS

Six sénateurs UMP viennent de déposer une proposition de loi visant à entraver l'instruction dans le cadre familial qui devrait d'après ces suppôts de la tyrannie n'être justifiée que sur avis médical ! Les buts idéologiques ne sont même pas dissimulés :

"l'éducation à domicile par la famille ne peut être qu'une situation exceptionnelle, liée à l'état de santé ou à l'incapacité permanente ou temporaire de l'enfant. Elle ne peut être le prétexte d'une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l'enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux."

Un tel projet est non seulement malhonnête (car il méprise volontairement le fait que l'école à la maison est souvent une issue de secours pour les familles compte-tenu du naufrage de l'éducation nationale) mais il est également explicitement en contradiction avec la convention internationale des droits de l'enfant dont voici quelques extraits :

Article 9 :1. Les Etats parties veillent à ce que l’enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré.

Article 14 : 1. Les Etats parties respectent le droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion.

Article 16 : 1. Nul enfant ne fera l’objet d’immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile (...).2. L’enfant a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Hollande pousse la France à marche forcée vers un régime totalitaire. Mais attention, nous n'avons rien à espérer d'une alternance de façade : L'UMP n'est au l'autre visage d'un même totalitarisme.

13 janvier 2014

Vive les paysans !

Les gouvernants viennent d'inaugurer l'année de l'agriculture familiale.

Ici, un blogueur s'interroge : Mise en scène ou opportunité ? Notons bien sa conclusion : "L’agriculture sera paysanne, familiale, durable ou ne sera plus qu’une industrie intégrée par l’amont et l’aval, exploitant une main d’œuvre ayant perdu autonomie et savoir-faire paysan."

, on redécouvrira les vertus de l'exploitation paysanne, aux antipodes de ce qui se développe en France (voir la "ferme des 1000 vaches par exemple).

Pour la sauvegarde du triton crêté... et des enfants des Hommes.

C'est un fait que la biodiversité est un capital irremplaçable dont la préservation est impérative. La prospérité des peuples, leur pérennité même en dépend.
 
Le code rural est riche en précisions :
" Lorsqu'un intérêt scientifique particulier ou que les nécessités de la préservation du patrimoine naturel justifient la conservation de sites d'intérêt géologique, d'habitats naturels, d'espèces animales non domestiques ou végétales non cultivées et de leurs habitats, sont interdits :

La destruction ou l'enlèvement des oeufs ou des nids, la mutilation, la destruction, la capture ou l'enlèvement, la perturbation intentionnelle, (...) La destruction, l'altération ou la dégradation de ces habitats naturels ou de ces habitats d'espèces ;(...)"(source)

En république Française les enfants n'ont pas droit à autant de garanties : La France refuse expressément à ce jour de souscrire à l'article 6.1 de la convention internationale des Droits de l'enfant : "Les Etats parties reconnaissent que tout enfant a un droit inhérent à la vie." Evidemment, quand on s'offusque du non respect de cette convention, c'est toujours chez les autres. Pour célébrer l'anniversaire de la convention, Ouest France a fait à ce titre preuve d'une hypocrisie exemplaire.

Entre l'avortement, l'emploi d'embryons comme matériau de recherche scientifique, la prétention du gouvernement "d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel", les enfants des hommes sont moins bien traité que les animaux ! Dès lors, on peut se demander si on ne devrait pas demander le classement du peuple français en "espèce menacée". Menacée par l'urbanisation systématique, la prétention totalitaire de certains groupes industriels ou idéologiques, par l'indifférence des uns et l'ignorance des autres...

Parce que notre combat politique est d'abord le combat de la vie, soyons nombreux à manifester le 19 janvier à Paris (Marche pour la vie) et le 22 février à Nantes (contre l'aéroport de Notre dame des landes)

06 janvier 2014

Identitaire, naturellement !

Ouest-France publie un article approfondi sur la destruction de nos ressources naturelles de proximité:

En Loire-Atlantique, 1 800 ha perdent leur vocation agricole chaque année. La moitié est artificialisée, et donc irrémédiablement perdue. L'autre moitié devient espaces de loisirs, friche ou espaces boisés. (...) Plus récemment, l'artificialisation moyenne est descendue à 749 ha. (source)

A la logique des trusts, opposons la logique des terroirs.