Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mars 2015

Election départementale : nos choix du deuxième tour

Le parti de la France se félicite du recul général du parti socialiste. Il reste cependant beaucoup à faire pour apporter un nouveau souffle dans les instances locales, régionales et nationales.

Le second tour de l’élection départementale est l’occasion d’un nouveau pas dans la bonne direction :

 Cossé le Vivien : Madame Doineau est favorable à l’implantation inconsidérée  d’éoliennes gigantesques au mépris de notre patrimoine et des enjeux de santé publique. C’est pourquoi Le parti de la France apporte son soutien à P. Le Morvan et M. C. de La Morinière.

 Mayenne, L’Huisserie , Laval (1 – 2 – 3) : Le parti de la France appelle les électeurs à faire encore reculer une gauche bourgeoise qui est moins solidaire de la majorité silencieuse que des minorités bruyantes.

 Meslay du Maine : Le parti de la France soutient Madame Leconte en raison de son inlassable engagement pour que la lumière soit faite sur l’escroquerie que constitue la construction d’éoliennes géantes au mépris de notre patrimoine et des enjeux de santé publique.

Villaines la Juhel : Le Parti de la France souhaite attirer l’attention des électeurs sur les qualités exceptionnelles de C. Royal et P. A. Simon, qui méritent d’être considérés au-delà de leur étiquette. Même si l’écart semble énorme, il est permis de rêver d’un peu de jeunesse au conseil départemental.

14 mars 2015

Vote du 22 mars : Faire la part des choses

Quoique pensent nos amis qui persistent à en porter les couleurs, nous avons au moins quatre bonnes raisons de ne pas nous sentir obligés de voter FN :

 1-      Le candidat FN est dans la plus part des cas un simple prête-nom : C’est Marine Le Pen qui est en campagne dans toute la France à travers ses candidats. Ce que demande le FN à ses candidats, c’est « sois belle et tais toi », mais surtout tais toi (comme l’a appris Chauprade à ses dépends).

2-      Puisque c’est Marine Le Pen qui est en campagne, parlons d’elle : Il fut un temps ou le FN militait pour une large décentralisation. Aujourd’hui, Marine Le Pen n’oppose au centralisme de Bruxelles qu’un centralisme parisien. Droit à la vie, liberté d’éducation, financement de la sécurité sociale… Marine Le Pen a retourné le FN à 180° pour en faire un parti socialo-compatible.

3-      Pendant que les vrais militants tenaient la rue face aux forces de répression du pouvoir socialiste imposant par la force le « Mariage pour tous », Marine Le Pen négociait le ralliement des naufragés de Gaylib.

4-      Un parti n’est qu’un outil. Nul n’est tenu de voter contre sa conscience à cause d’une étiquette partisane. Voter pour un inapte ou un adversaire au motif qu’il porte l’étiquette FN est aussi absurde que de s’interdire de voter pour une personne valable au motif qu’il en porte une autre.

 Notre vote est au service des français d’abord : Non pas d’une France imaginaire, abstraite ou d’une « certaine idée de la France » mais d’une France qui a le sourire de nos enfants, le visage de nos proches, les couleurs de nos villes. A chacun de prendre ses responsabilités.

 

24 mars 2015

Election départementale : nos choix du deuxième tour

Le parti de la France se félicite du recul général du parti socialiste. Il reste cependant beaucoup à faire pour apporter un nouveau souffle dans les instances locales, régionales et nationales.

Le second tour de l’élection départementale est l’occasion d’un nouveau pas dans la bonne direction :

 Cossé le Vivien : Madame Doineau est favorable à l’implantation inconsidérée  d’éoliennes gigantesques au mépris de notre patrimoine et des enjeux de santé publique. C’est pourquoi Le parti de la France apporte son soutien à P. Le Morvan et M. C. de La Morinière.

 Mayenne, L’Huisserie , Laval (1 – 2 – 3) : Le parti de la France appelle les électeurs à faire encore reculer une gauche bourgeoise qui est moins solidaire de la majorité silencieuse que des minorités bruyantes.

 Meslay du Maine : Le parti de la France soutient Madame Leconte en raison de son inlassable engagement pour que la lumière soit faite sur l’escroquerie que constitue la construction d’éoliennes géantes au mépris de notre patrimoine et des enjeux de santé publique.

Villaines la Juhel : Le Parti de la France souhaite attirer l’attention des électeurs sur les qualités exceptionnelles de C. Royal et P. A. Simon, qui méritent d’être considérés au-delà de leur étiquette. Même si l’écart semble énorme, il est permis de rêver d’un peu de jeunesse au conseil départemental.

14 mars 2015

Vote du 22 mars : Faire la part des choses

Quoique pensent nos amis qui persistent à en porter les couleurs, nous avons au moins quatre bonnes raisons de ne pas nous sentir obligés de voter FN :

 1-      Le candidat FN est dans la plus part des cas un simple prête-nom : C’est Marine Le Pen qui est en campagne dans toute la France à travers ses candidats. Ce que demande le FN à ses candidats, c’est « sois belle et tais toi », mais surtout tais toi (comme l’a appris Chauprade à ses dépends).

2-      Puisque c’est Marine Le Pen qui est en campagne, parlons d’elle : Il fut un temps ou le FN militait pour une large décentralisation. Aujourd’hui, Marine Le Pen n’oppose au centralisme de Bruxelles qu’un centralisme parisien. Droit à la vie, liberté d’éducation, financement de la sécurité sociale… Marine Le Pen a retourné le FN à 180° pour en faire un parti socialo-compatible.

3-      Pendant que les vrais militants tenaient la rue face aux forces de répression du pouvoir socialiste imposant par la force le « Mariage pour tous », Marine Le Pen négociait le ralliement des naufragés de Gaylib.

4-      Un parti n’est qu’un outil. Nul n’est tenu de voter contre sa conscience à cause d’une étiquette partisane. Voter pour un inapte ou un adversaire au motif qu’il porte l’étiquette FN est aussi absurde que de s’interdire de voter pour une personne valable au motif qu’il en porte une autre.

 Notre vote est au service des français d’abord : Non pas d’une France imaginaire, abstraite ou d’une « certaine idée de la France » mais d’une France qui a le sourire de nos enfants, le visage de nos proches, les couleurs de nos villes. A chacun de prendre ses responsabilités.