Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 août 2015

Heureusement qu'il y a des fous de ce genre

Plusieurs fois par an, on nous ressert des sermons sur un patriotisme qui consisterait à mourir pour les autres. Très loin de ces utopies, notre patriotisme à nous consiste à vivre pour les nôtres. Ce patriotisme là n'est pas récompensé par une médaille, nous risquons même les foudres de la "justice" du régime.

Heureusement, il y a encore en France des gens suffisamment fous pour défendre leurs biens, leurs proches leurs vies. S'il n'y avait plus quelques fous de ce genre, le métier de gangster serait celui qui présente le moins de risque.

La place de Philippe n'est pas en prison !

NDDL : Il n'est pas trop tard pour enterrer le projet d'aéroport

Alors que EELV se laisse mener par le bout du nez moyennant quelques prébendes pour ses dirigeants, le gouvernement se refuse à abandonner le mortifère projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, montrant par là une parfaite soumission aux intérêts du grand capital et un profond cynisme sur la question écologique. Pendant ce temps, Bruno Retailleau, rêve de bétonner la région selon un plan centré sur ce nouvel aéroport : Pont sur la Loire, routes, Zones industrielles, zones artisanales... et grosses dettes qui ne profiteront en réalité qu'aux banques.

Le jeu de la compétition électorale contraint d'ordinaire les partis à adopter une posture messianique sur le ton de "hors de moi point de salut". C'est pourquoi ce blog s'honore de faire exception en faisant passer l'intérêt général devant "l'esprit de boutique" :

  • le projet ne correspond plus aux défis de notre époque : plus d’un demi-siècle après sa naissance dans l’effervescence des « trente glorieuses » et la croyance dans la possibilité d’une croissance infinie, un lourd investissement fondé sur le développement du trafic aérien apparaît comme une formidable contradiction avec les objectifs français en matière de climat ;
  • l’expérience montre que des projets qui mettent autant de temps à prendre corps sont habituellement voués à l’échec, ce qui, dans ce cas, signifierait une lourde ardoise financière pour le pays. (source)

 

 

Heureusement qu'il y a des fous de ce genre

Plusieurs fois par an, on nous ressert des sermons sur un patriotisme qui consisterait à mourir pour les autres. Très loin de ces utopies, notre patriotisme à nous consiste à vivre pour les nôtres. Ce patriotisme là n'est pas récompensé par une médaille, nous risquons même les foudres de la "justice" du régime.

Heureusement, il y a encore en France des gens suffisamment fous pour défendre leurs biens, leurs proches leurs vies. S'il n'y avait plus quelques fous de ce genre, le métier de gangster serait celui qui présente le moins de risque.

La place de Philippe n'est pas en prison !

NDDL : Il n'est pas trop tard pour enterrer le projet d'aéroport

Alors que EELV se laisse mener par le bout du nez moyennant quelques prébendes pour ses dirigeants, le gouvernement se refuse à abandonner le mortifère projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, montrant par là une parfaite soumission aux intérêts du grand capital et un profond cynisme sur la question écologique. Pendant ce temps, Bruno Retailleau, rêve de bétonner la région selon un plan centré sur ce nouvel aéroport : Pont sur la Loire, routes, Zones industrielles, zones artisanales... et grosses dettes qui ne profiteront en réalité qu'aux banques.

Le jeu de la compétition électorale contraint d'ordinaire les partis à adopter une posture messianique sur le ton de "hors de moi point de salut". C'est pourquoi ce blog s'honore de faire exception en faisant passer l'intérêt général devant "l'esprit de boutique" :

  • le projet ne correspond plus aux défis de notre époque : plus d’un demi-siècle après sa naissance dans l’effervescence des « trente glorieuses » et la croyance dans la possibilité d’une croissance infinie, un lourd investissement fondé sur le développement du trafic aérien apparaît comme une formidable contradiction avec les objectifs français en matière de climat ;
  • l’expérience montre que des projets qui mettent autant de temps à prendre corps sont habituellement voués à l’échec, ce qui, dans ce cas, signifierait une lourde ardoise financière pour le pays. (source)