Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 septembre 2015

Migrants : soyons fermes face à l'invasion.

Chaque jour débarquent sur le sol européen des milliers de "migrants". Le terme employé n'est pas anodin. En effet, qu'est-ce qu'un migrant sinon une personne en transit, une feuille balayée par le vent ? Le premier droit de tout être humain est de vivre en paix sur la terre qui l'a vu naître, son premier devoir est de secourir ceux qui l'ont vu naître. Il n'existe pas de "droit à la migration". Chacun peut évidemment être candidat à l'émigration, nulle communauté politique n'est tenue à accueillir qui que ce soit sans discernement.

Dans son communiqué sur ce sujet, monseigneur Scherrer (évêque de Laval) commet au moins deux erreurs :

"Le Pape François vient d'adresser un appel courageux pour que nous nous mobilisions en faveur des migrants. Comme évêque, je reçois cet appel avec gravité et enthousiasme à la fois.Gravité, parce que la situation est tragique. Nous faisons face à un afflux de réfugiés d'une ampleur jamais égalée depuis 60 ans. Des familles entières quittent leur maison, leur pays pour échapper à la mort." (source)

1- Mgr SCHERRER induit une confusion entre "migrant" et "réfugié".

2- En envisageant la question seulement sous l'angle compassionnel, ce communiqué va dans le sens d'une culpibilisation des responsables politiques qui ont le devoir de faire des choix fermes.

En réponse à ce regard faible nourri de la propagande des médias officiels, un autre évêque témoigne de la situation telle qu'il la voit autour de lui :

“Ce ne sont pas des réfugiés. C’est une invasion”, “Ils viennent ici en criant ‘Allah Akbar’.Ils veulent nous envahir”, alerte un évêque du sud de la hongrie. (source)

Laisser ouvertes les portes de l'Europe aura pour conséquence d'étendre le chaos, d'augmenter les souffrance plus que les réduire.

Heureusement, certains élus ont un comportement réellement responsable comme Marie Claude BOMPARD (ici) ou Véronique BESSE (ici).

Les commentaires sont fermés.