Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 février 2013

Drogue : l'engrenage du laxisme

Après les déclarations de personnalités de premier plan du gouvernement socialiste en faveur de la légalisation de la drogue, et l'expérimentation annoncée des "salles de shoot" les juges renoncent à faire appliquer la loi. Exemple à Angers.

12 janvier 2013

La douceur angevine...

Avenue Pasteur en plein centre ville vers 11h00 une femme de 54 ans a été égorgée par un "homme de 30 ans originaire du Soudan". (plus d'infos ici.)

Cela se passe de commentaire.

17 novembre 2012

Un gouvernement générateur d'insécurité

Le gouvernement prouve qu'il n'a pas l'intention de rétablir l'ordre, chaque évènement est l'occasion de le confirmer :

Le Mans en ZSP:  Il n'est pas question de reconquérir les territoires perdus mais seulement d'essayer de rassurer les prochaines victimes.

Squat de Pacé : Le laissé-faire en guise de politique d'immigration

Pendant ce remps, les honnêtes citoyens ne savent plus comment exprimer leur désarroi.

Ajoutez à celà une insécurité juridique permanente pour les entreprises et les ménages du fait de la remise en cause cyclique des règles de la fiscalité. A croire que les rares initiatives du gouvernement socialiste visent seulement à destabiliser ce qui ne l'était pas encore ...

Et que dire des conséquences désastreuses qu'aurait la destruction du mariage dissimulée derrière l'expression "mariage pour tous" ?

18 septembre 2012

Prise d'otage

"Le 4 mai dernier, plus de deux cents migrants et demandeurs d'asile investissent la résidence du Parc, à Pacé, près de Rennes. Une ancienne résidence pour personnes âgées, dont les locaux sont vacants depuis plusieurs mois." l'article entier ici.

Qui paiera les factures ? Quelqu'un a laché le mot : "Nous ne sommes qu'un tier pris en otage". Pris en otage par les immigrés clandestins ou au moyen de ces clandestins par des négriers sans scrupules ? La question se pose.

Quoi qu'il en soit une chose est sûre, c'est que les honnêtes citoyens n'ont pas fini de payer l'addition.