Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 février 2015

Loi Taubira : Oui l'abrogation est possible

Pour mémoire, les motifs d'abrogation de la loi instituant le "Mariage Pour Tous" sont nombreux :

- Mépris de l'intérêt supérieur de l'enfant

- Création d'un trouble juridique majeur autour du droit d'accès à l'assistance médicale à la procréation et l'intrusion de la pratique des "mères-porteuses" par la GPA.

- Coup de force institutionnel (vote trouble au Sénat, pétition au CESE)

- "Changement de civilisation" largement contesté dans la population.

En revanche, on nous oppose souvent le fait que l'abolition du "mariage pour Tous" ne pourrait pas s'appliquer aux mariages déjà contractés, en application du principe de la non-rétroactivité des lois.

A cette objection, nous pouvons opposer un précédent récent :

Le Contrat Nouvelle Embauche : Créé par une ordonnance du 2 août 2005, le CNE était un contrat de travail à durée indéterminée, d'un type nouveau et très contesté.

L’article 9 de la loi n°2008-596 du 25 juin 2008  a abrogé les dispositions relatives au CNE, lesquels se sont vus requalifiés en CDI de droit commun.

Il n'y a donc aucun inconvénient à envisager l'abolition du "mariage" homosexuel et la requalification des situations actées.

(source)

Abrogation et requalification des situations : Un précédent dans le droit du travail

28 mai 2013

Loi Taubira : l'interview express

1- Un témoignage sur la répression politique.

2- Nos raisons de ne rien lâcher.

3- Que penser de "Frigide Barjot"

4- Pourquoi nous nous opposons à l'union civile.

 

En quatre minutes, c'est ici.

20 mai 2013

Vivre c'est réagir

Les mayennais de "tous pour la manif" n'ont pas perdu de temps pour réagir à la publication au JO de la scélérate loi Taubira : Le jour même !

26 mars 2013

Débordements de la manif pour tous : ce que j'ai vu

« Je compte personnellement parmi les 98 interpellés de la manif pour tous de dimanche. J’ai été retenu d’environ 16h à 20h35. Durant ces quelques heures, j’ai dû décliner trois fois mon identité mais on ne m’a signifié à aucun moment les faits qui m’étaient reprochés. Mes compagnons d’infortune étaient pour la plupart dans le même flou que moi : De braves manifestants qui s’étaient retrouvés pris au piège d’un cordon de sécurité qui craque et se referme. Hommes de tous âges et de toutes conditions sociales, paisibles et parfaitement courtois.  Notre seule inquiétude à vrai dire était de savoir à quelle heure nous serions relâchés. Les policiers nous rassuraient sur ce sujet : « Ne vous en faites pas, nous ne vous garderons pas longtemps ». Pour ma part, j’ai parié qu’on ne nous relâcherait pas avant 20h pour pouvoir annoncer de nombreuses interpellations au JT. Cela n’a pas loupé : Un peu après 20h30, nous avons été relâchés sans même avoir été entendus. Seuls quelques uns sont restés en garde à vue pour des faits sans gravité dont plusieurs mineurs.

A l’évidence, les gendarmes et policiers étaient tendus de se voir pareillement débordés, mais ils étaient sans aucune inquiétude quant à la réelle violence des personnes qu’ils avaient en face d’eux. Ce n’en était que plus frustrant d’être ainsi enfermés plutôt que d’être encore dans la rue, mais nous y retournerons.

 Voilà ce que j'ai vécu et vu dimanche, loin des mensonges de monsieur Valls et des fantasmes de madame Barjot."

Matthieu MAUTIN

09 janvier 2013

Le Duc d'Anjou défend le Mariage

"(...), certains souhaitent que l’institution du mariage, sur laquelle repose toute la structure familiale, soit banalisée au point de l’étendre aux personnes du même sexe et, par voie de conséquence, de permettre l’adoption et donc la filiation d’enfants résultant de cette union.


De tous temps, l’homme et la femme se sont unis, naturellement, pour concevoir et élever des enfants. Que serions-nous si nos parents, nos aïeux n’avaient pas suivi ce processus naturel, institutionnalisé et sacralisé ensuite par le mariage chrétien? Comment accepter d’établir un droit à l’enfant au risque d’aller à l’encontre des droits de l’enfant ?


Nos hommes politiques ne peuvent prendre la responsabilité de redéfinir les lois immémoriales de la nature humaine. Certes, nous devons nous adapter continuellement aux évolutions de notre société mais certains principes immuables tels que l’union d’un homme et d’une femme pour fonder une famille et éduquer des enfants ne peuvent être remis en cause. (...)"

L'intégralité du communiqué est ici

Plus qu'un symbole : Louis de Bourbon est l'héritier direct de Louis XVI et donc de tous nos rois. Depuis trois siècles, ses ancêtres ont porté le titre prestigieux de Duc d'Anjou, faisant ainsi connaître notre belle Province aux quatre coins du monde. Sa qualité de "Chef de la maison de France" exprime l'unité du peuple Français et la conscience de ce que nous devons aux générations passées et de nos responsabilités à l'égard des générations futures. Les liens dynastiques qui l'unissent à toutes les familles royales et princières d'Europe font de lui la preuve vivante que l'unité de la civilisation européenne ne doit rien à la bureaucratie de la commission de Bruxelles...